24 Mars 2014
Publié dans Revue Internationale de CRIMINOLOGIE et de POLICE Technique et Scientifique 01/2014

Les femmes et les hommes sont-ils victimes d’homicides pour les mêmes raisons? – Analyse des facteurs relatifs aux variations des taux d’homicides selon le sexe pour 166 pays

par Catherine Montmagny et Marc Ouimet

Résumé
Plusieurs études sont disponibles pour décrire la distribution internationale du taux d’homicide global et rendre compte de ses variations. Toutefois, il n’y a aucune étude récente qui distingue l’homicide contre les hommes et l’homicide contre les femmes. La présente étude cherche donc à établir les variations mondiales de l’homicide contre les hommes et contre les femmes et à identifier les facteurs qui permettent de comprendre ces deux phénomènes. Les données sur 166 pays sont analysées. Les résultats montrent d’abord qu’il existe une importante corrélation positive entre le taux d’homicides des hommes et celui des femmes, ce qui indique que les mêmes forces sociales, notamment les inégalités sociales, jouent en même temps sur les deux formes de violence. Toutefois, l’analyse de données montre que certaines variables sont plus intimement liées aux variations du taux d’homicides contre les femmes, notamment le pourcentage de femmes sur le marché du travail et le taux de fertilité des adolescentes augmenteraient leur victimisation. Nous interprétons ces résultats dans la perspective des théories du conflit qui permettent de bien incorporer la différence selon le sexe.

Summary
Many studies have tried to explain violence’s distribution and its variations applying an international perspective. However, no existing research distinguishing between homicides perpetrated against men and those perpetrated against women has been found. The main objective of the present study is to identify factors which influence these two phenomena in order to further understand the worldwide variations. Data for 166 countries has been analyzed. The results show a strong positive correlation between homicide rates against men and women, indicating that the same social forces, particularly social inequalities, are at play in these two kinds of violence. Nevertheless, the data analysis reveals that certain variables are intimately related to homicide rates against women, such as the percentage of women in the labor market and the fertility rate of teenagers. We interpret these results using a conflict theory perspective, which allows the integration of the gender notion.


29 Septembre 2017

Expansion du marché informel de médicaments au Togo: essai d’analyse du phénomène

L’expansion du marché informel de médicaments reste une préoccupation majeure pour le gouvernement du Togo. Supposé être le véritable vecteur de médicaments de qualité inférieure et falsifiés aux conséquences sanitaires imprévisibles mais potentiellement inquiétantes, cette pratique reste hors contrôle en dépit de la répression qui est engagée. L’objectif de notre étude est d’analyser les mobiles sous-jacents de la persistance de ce marché. Nous avons ainsi réalisé une étude transversale en deux phases dans la région maritime et la commune de Lomé chez les vendeurs et vendeuses de médicaments de rue. La première, qualitative raisonnée à visée descriptive et analytique, avait eu lieu du 15 au 25 février 2016 et la deuxième, quantitative, s’était déroulée du 4 au 11 avril 2016. Pour les enquêtés, les sources d’approvisionnement des médicaments sont internationales et alimentent des marchés formel et informel nationaux qui bien que de nature contradictoire, sont liés par les intérêts surtout financiers. Les raisons humanitaires, la culture de l’automédication, la prétendue efficacité des médicaments qui y sont vendus, leurs coûts abordables, leur rentabilité et leur disponibilité expliquent cet état de fait. La répression et l’application de la loi devraient se renforcer. Cependant, le gouvernement devra s’engager davantage dans la sensibilisation, la formation, la résorption du chômage et la réduction de la pauvreté. Pour la sécurité des patients et des populations en général, une instauration d’une couverture sanitaire, sinon universelle, au moins en priorité en faveur des plus vulnérables et la lutte contre la corruption s’avèrent urgentes dans la lutte contre le marché informel de médicaments.
29 Septembre 2017

Interpellations et contrôles policiers conflictuels: Principes tirés de la recherche psychosociale pour la formation des policiers

La situation d’interpellation ou de contrôle effectué par la police met en jeu différents facteurs pouvant générer une escalade conflictuelle. Si le policier n’est pas à même de contrôler l’ensemble des facteurs en jeu, la connaissance de ces facteurs combinée à la maîtrise d’outils de communication et de gestion des émotions augmente significativement les chances que l’interaction puisse se passer sans devoir user de moyens de contrainte.
Tirés de recherches sur le terrain et de théories du domaine de la psychologie sociale, cet article présente les principes enseignés sur le sujet dans les écoles d’aspirants de police en Suisse romande.
L’article débute avec les notions d’attaque identitaire et de réactance psychologique lors de la confrontation à l’autorité. L’explication de ces phénomènes psychosociaux constitue la base théorique qui permet au policier de comprendre l’intérêt d’adopter une attitude déférente et d’éviter d’apparaitre autoritaire. L’importance de la préparation mentale et de la manière d’entrer en contact sont abordées. Comment établir un rapport suffisant pour pouvoir exercer une influence sur la personne? Comment désescalader face à une personne agressive ou/et en colère? Face au refus d’obtempérer, à partir de quand le policier doit-il faire usage de ses moyens de contrainte? Les meilleures techniques de communication devenant difficiles à utiliser sous l’emprise de la colère, l’article termine avec les principales techniques d’autorégulation mentales enseignées aux aspirants de police.
Polymedia Meichtry SA | Chemin de la Caroline 26 | 1213 Petit-Lancy | Genève | T: +41 22 879 88 20 | F: +41 22 879 88 25 | info@polymedia.ch