28 Janvier 2020  |  Rétrospective
Publié dans Oberflächen POLYSURFACES 04/2019

Les 60 ans d’OBERFLÄCHEN POLYSURFACES

Les grandes mutations technologiques, économiques et écologiques des six dernières décennies ont laissé des traces marquantes dans la revue OBERFLÄCHEN POLYSURFACES : elle a changé plusieurs fois de nom, on y trouve de nouveaux éditeurs et une relève chez les rédacteurs. Mais les objectifs initiaux ont peu changé.

Die grossen technologischen, wirtschaftlichen und ökologischen Veränderungen der vergangenen sechs Jahrzehnte haben ihre Spuren auch bei der Zeitschrift OBERFLÄCHEN POLYSURFACES deutlich hinterlassen: angepasste Namen, neue Verleger und wechselnde Redaktoren. An den ursprünglichen Zielsetzungen hat sich jedoch wenig geändert.

La création, en 1960, d’une revue suisse pour le traitement de surface émane d’une initiative des membres de la Société Galvanoplastie Suisse (SGT), prédécesseur de l’actuelle Société Suisse de Traitement de Surface (SST). L’évolution d’OBERFLÄCHEN POLYSURFACES a toujours été étroitement liée aux développements de cette société et, plus tard aussi, à celui de la Fondation Suisse pour les Traitements de Surface (FSTS), ainsi que de ses associations affiliées.
 
Fridolin Forster: Direction d’édition de 1960 à 1985 Helmut Staub: Rédacteur de 1960 à 1974
 
 
Depuis les éditions Forster …
Le premier numéro de la revue Galvanotechnik und Oberflächenschutz a paru en septembre/octobre 1960, aux éditions Forster à Zurich. Ce bimestriel était l’organe officiel de la Société Galvanotechnique Suisse (SGT) et de l’Association Suisse des Galvanoplastes (VGAS). Il se définissait comme « revue technique suisse pour l’ensemble des techniques de rectification, polissage, surfaçage et des traitements mécaniques, chimiques et électrochimiques des surfaces métalliques, ainsi que des techniques relatives aux peintures et vernis, ainsi qu’à la protection anticorrosion ». Le premier rédacteur fut Helmut Staub.
Dans le deuxième numéro, de novembre/décembre, l’éditeur, Fridolin Forster, écrit : « L’éditeur et la rédaction partageaient sincèrement l’avis que la mise en page et le contenu rédactionnel de la revue technique Galvanotechnik und Oberflächenschutz doivent être laissés au bon jugement du lecteur. Aujourd’hui, un large cercle de lecteurs, de Suisse romande et alémanique, s’est fait un jugement et, sans exception, salue avec enthousiasme la publication d’une revue technique suisse, soulignant tout particulièrement la variété et la qualité des articles de la rédaction. L’éditeur et la rédaction ont la volonté de remplir leur rôle de lien entre tous les milieux intéressés par la galvanoplastie et s’engagent à rendre compte objectivement et de manière impartiale de la vie de la profession. Cette revue technique veut remplir sa tâche en toute indépendance et libre de l’influence des tendances et pressions économiques ; elle veut servir la technique et la pratique. Elle souhaite informer les techniciens, les chimistes, les responsables des services d’exploitation, les entrepreneurs, etc. sur les plus récents développements de la galvanoplastie et de la protection des surfaces. » Le nombre des annonceurs, qui augmente à chaque nouvelle édition témoigne également du succès de la revue spécialisée. Dès 1962, la revue augmente sa cadence de parution et devient un mensuel. Fait unique en Suisse, la revue publie beaucoup d’articles en deux langues, ce qui est apprécié des deux côtés de la Sarine.
 
Couverture dès 1960 Couverture dès 1968
 
 
Dans la préface du numéro 4/1964, A.L. Saboz, président de la SGT, écrit : « Depuis sa fondation en 1955, la SGT s’est donné pour but l’approfondissement et la diffusion des connaissances et des procédés de la galvanoplastie ainsi que de la formation professionnelle. À l’origine, un petit nombre de professionnels issus de l’industrie participaient à cette tâche, alors qu’aujourd’hui, les personnes qui s’intéressent à la galvanoplastie nous parviennent de tous les milieux. Nous collaborons de manière fructueuse avec I’Association Suisse des Galvanoplastes (VGAS), en particulier dans le domaine de la formation professionnelle. Nos efforts se focalisent dans ce domaine, afin d’unifier la formation dans notre pays et lui donner des nouvelles bases. À plus longue échéance, nous voulons rendre possible en Suisse, une formation professionnelle plus étendue, rattachée à un établissement d’enseignement public d’un niveau plus élevé. Ces efforts doivent forcément intéresser tous les galvaniseurs conscients de leurs responsabilités, qu’ils travaillent dans leurs propres ateliers, dans des établissements pour revêtements à façon, dans des laboratoires d’essai, des centres de formation, ou en qualité de fournisseurs. Pour cette raison, la SGT compte sur la participation ultérieure de milieux qui se sont jusqu’ici tenus à I’écart et espère que la diffusion que rencontrent ses travaux, grâce à la revue Galvanotechnik und Oberflächenschutz conduira à une extension de son cercle de membres. D’autre part, nous croyons que la revue tire également profit de cette collaboration, puisqu’il lui échoit ainsi la publication d’articles intéressants. »
Début 1968 la revue adopte le nom de oberfläche surface. Fridolin Forster écrit dans le numéro 1/1968 : « Pour les travaux de finition industriels, les traitements de surfaces ont pris une place prépondérante. En 1964 déjà, la planification d’un Congrès international à Bâle, a confirmé le fait que le domaine des traitements de surface englobe aussi bien la technique galvanique que celle des vernis et peintures. Ces conclusions ont amené l’Association suisse des chimistes de l’industrie des vernis et couleurs (ASCIVP), a reconnaître notre revue comme organe officiel, afin de donner à ses membres la possibilité de publier leurs travaux. Cette heureuse initiative permet aujourd’hui de réunir dans une seule revue professionnelle suisse, tout le domaine des traitements de surfaces. Appréciée jusqu’ici à sa juste valeur, sous la dénomination de Galvanotechnik und Oberflächenschutz, I’édition de ce jour s’est transformée dans sa présentation et son contenu, et paraît dès ce mois sous le titre oberfläche surface. » Autre changement survenu à cette époque, les articles sont publiés exclusivement soit en allemand, soit en français.
Durant ses 15 années en tant que rédacteur en chef de la revue oberfläche surface, Helmut Staub a marqué de son empreinte le niveau professionnel de la branche et augmenté ainsi la renommée de la galvanoplastie suisse. Il se retire en été 1974 pour laisser la place à Giancarlo Pini.
En 1979, la revue oberfläche surface fête sa vingtième année d’existence. À cette occasion, l’éditeur Fridolin Forster remercie tous les initiateurs d’une revue suisse traitant principalement des problèmes posés par le traitement des surfaces dans notre pays. Extraits : « Les rédacteurs et les auteurs, de la Suisse alémanique et romande ont, chacun dans son style, apporté aux lecteurs, mois après mois, une large palette d’informations. Grâce à toutes ces contributions, oberfläche surface a joué une rôle important dans le développement des techniques propres au traitement des surfaces dans de nombreux domaines d’application. Par ses multiples articles spécialisés, cette revue a favorisé le développement des connaissances professionnelles et contribué ainsi à élever le niveau au sein de la branche. (…) La publicité est une autre source d’informations précieuses pour les lecteurs. Que deviendrait une revue spécialisée sans annonces ? Celles-ci sont aussi bien un support financier qu’une source d’informations importantes. »
Suite au décès inattendu de Giancarlo Pini, à l’automne 1983, la direction des éditions Forster nomme Jürgen Leudolph nouveau rédacteur en chef au début de l’année 1984. Une de ses priorités fut de promouvoir le dialogue professionnel entre les lecteurs, les annonceurs et le conseil scientifique. Les membres de celui-ci, ainsi que ceux de la SGT et de la VGSA assurèrent une transition douce dans l’intérim.
 
Giancarlo Pini: Rédacteur en chef de 1974 à 1983 Jürgen Leudolph: Rédacteur en chef de 1983 à 1987 Kurt Speck: Directeur d’édition de 1986 à 1997
 
 
… en passant par l’éditeur spécialisé SHZ-Forster …
La maison d’édition Forster-Verlag fut reprise par Die Schweizerische Handelszeitung (SHZ) et rebaptisée Edition spécialisée SHZ-Forster. À ce sujet, on pouvait lire dans l’édition 1-2/1986 : « Cette nouvelle génération, profondément remaniée, d’oberflächen surface a été adaptée aux aspirations d’un lectorat toujours plus exigeant : une couverture d’actualité et en couleurs, un éditorial, de nouvelles rubriques, une mise en page moderne, une impression de première qualité et des articles, des interviews, ainsi que des reportages faciles à lire et écrits de manière compétente. Comme nous investissons de manière ciblée dans la rédaction, l’apparence de la revue et sa présence sur le marché, oberfläche surface continuera à se développer dans les mois à venir. Le journal se consacrera aux problèmes et manifestations actuelles et livrera des nouvelles et des conseils issus de la pratique. Pour concrétiser ces projets ambitieux, nous avons besoin du contact avec les spécialistes au niveau des entreprises. » Le directeur de la maison d’édition, Kurt Speck et le rédacteur en chef, toujours en la personne de Jürgen Leudolph, annoncent que le nombre de parutions de la revue sera réduit à onze fois par année.
Dans l’éditorial du numéro 5/1986, Kurt Speck écrit entre autres : « À I’assemblée générale de la Société Galvanotechnique Suisse, tenue à Lausanne, les membres se sont donné un nouveau nom. Désormais, il ne s’agira plus du terme galvanotechnique, mais du terme « techniques des surfaces ». L’organisation professionnelle se nommera conformément à cela « Société Suisse des Traitements deSurface (SGO) ». Aussi, d’autres branches de I’économie font valoir de nouvelles applications. Des techniques non galvaniques, comme par exemple le PVD, le CVD et les injections de plasma sont en plein essor. La concurrence s’impose à la galvanique traditionnelle. II est tout à fait naturel que la nouvelle SGO s’empresse également d’augmenter les possibilités d’expansion. La galvanoplastie y trouvera son compte aussi dans notre journal. »
Après presque trois ans d’activité comme responsable de rédaction d’oberfläche surface, Jürgen Leudolph se retire. Il restera néanmoins fidèle à la revue en tant que collaborateur régulier pour les questions concernant la technique des circuits imprimés. Helmut Tannenberger lui succède, tout en gardant comme principale activité la direction de la section électro-chimique du Centre suisse d’électronique et de microtechnique à Neuchâtel.
Pour sa 34e année, la revue spécialisée oberfläche surface » modifie son titre ainsi que sa présentation. Le magazine mensuel, qui est de conception entièrement nouvelle, s’appelle maintenant Oberflächen Werkstoffe/surfaces matériaux. Ceci a été rendu possible grâce à la collaboration de la Société Suisse de Traitement de Surface (SST), de l’Association Suisse des Ateliers Galvanoplastiques (VGAS), ainsi que l’Association des Fournisseurs pour l’Electroplastie (VGL), maintenant complétée par l’Association Suisse pour la Technique des Matériaux (SVMT). Pour un plus grand nombre de dirigeants, elle est devenue une lecture scientifique obligatoire orientée vers l’utilisation.
La conception de la publication technique se trouvait depuis toujours plutôt à la périphérie des activités de la Handelszeitung Fachverlag SA. La revue Oberflächen Werkstoffe/surfaces matériaux était, pour la maison d’édition, un objet relativement petit. Mais la maison d’édition était d’avis qu’en Suisse, les milieux concernés par les traitements de surface ont besoin d’une revue technique. Un sondage parmi nos lecteurs confirma clairement cette opinion. Un changement d’éditeur était devenu une nécessité. En peu de temps, nous en avons trouvé un, spécialisé dans les revues techniques.
 
Couverture dès 1986 Helmut Tannenberger: Rédacteur en chef de 1988 à 1998
 
 
… pour arriver à l’éditeur POLYMEDIA MEICHTRY SA
Le nouvel éditeur à partir du 1er juillet 1997 était Marcel Meichtry de la société POLYMEDIA MEICHTRY SA à Genève. À cette occasion, la revue, qui a changé de nom pour devenir OBERFLÄCHEN POLYSURFACES, paraît seulement six fois par an aux échéances suivantes : début mars, mi-avril, début juin, début septembre, mi-octobre et fin novembre. Elle reste néanmoins la revue officielle de la Société Suisse de Traitement de Surface (SST) et publiera aussi, comme auparavant, des informations provenant des autres associations de la branche, en particulier de la Fondation Suisse pour les Traitements de Surface (FSTS). La ligne rédactionnelle restera inchangée tout comme auparavant, le lecteur trouvera toujours des informations sur tous les aspects du vaste domaine des traitements de surface, et ceci dans une forme accessible au praticien. Tous ceux qui désirent faire parvenir des informations à la branche, trouveront dans la revue le moyen de communication idéal.
Dans le numéro 5/1998, Helmut Tannenberger annonce sa démission comme rédacteur en chef de la revue OBERFLÄCHEN POILYSURFACES pour la fin de l’année. Pendant onze ans, il avait forgé le visage du journal. Technicien, praticien, familier de petites et de grandes entreprises, Friedrich Karl von Willisen reprend les rênes de la rédaction début 1999 et lui donne de nouvelles impulsions.
 
Couverture dès 1993 Marcel Meichtry: Directeur d’édition dès 1997
 
 
Ce n’est pas sans une certaine fierté qu’OBERFLÄCHEN POLYSURFACES jetais un coup d’oeil sur ses quarante ans d’existence. Ainsi, le numéro 4 fut complété par une rétrospective des quatre dernières décennies. Elle fut composée, d’une part, par des images de la vie associative, de leur interaction avec le monde extérieur, ainsi que par des portraits de leurs personnalités marquantes. D’autre part, cette rétrospective présentait les précurseurs de produits et de technologies qui appartiennent aujourd’hui aux techniques quotidiennes ainsi que des idées audacieuses, jamais concrétisées. En sus, il était question de congrès, de salons, de foires et d’autres manifestations importantes. La maquette de la revue fut également complètement remise à neuf. La clarté, la lisibilité et la visibilité de chaque rubrique furent nettement améliorées.
 
Couverture dès 1998 Friedrich Karl von Willisen: Rédacteur en chef de 1999 à 2001
 
 
Le 26 juillet 2001 Friedrich Karl von Willisen décède après une courte maladie, à l’âge de 69 ans. Consciencieux comme à son habitude, il exerça son activité rédactionnelle jusqu’à la fin. La revue 4/2001 était ainsi encore principalement de sa plume. Pour l’édition suivante, Michel Giannoni, rédacteur en chef de La Revue POLYTECHNIQUE, assure la rédaction ad intérim. À partir du numéro 6/2001, OBERFLÄCHEN POLYSURFACES trouve, en la personne de Robert Lüscher, son nouveau rédacteur en chef.
Dans le numéro 5/2003, les lecteurs sont invités à collaborer à la conception d’OBERFLÄCHEN POLYSURFACES. Ils sont interrogés au sujet de leurs attentes envers la revue spécialisée : souhaitez-vous davantage de contributions concernant la galvanoplastie ou plus de rapports pratiques ? Manque-t-il éventuellement un sujet ? Ou existe-t-il des thèmes qui ne présentent aucun intérêt ? Un questionnaire encarté dans la revue accompagnait le lecteur dans son évaluation. Ce questionnaire rencontra un succès mitigé, puisque 20 exemplaires seulement ont été remplis et renvoyés. Toutefois, des tendances se sont dégagées : par exemple, la majorité souhaite d’avantage de contributions rattachées à la pratique.
 
Couverture dès 1999 Robert Lüscher: Rédacteur en chef de 2001 à 2004
 
 
Robert Lüscher se retire fin 2004 comme rédacteur en chef de la revue OBERFLÄCHEN POLYSURFACES, pour des raisons professionnelles. À partir du numéro 1/2005, j’ai repris la fonction de rédacteur en chef. Bien que le domaine du traitement de surface ne m’était pas familier, j’espère avoir pu, et pouvoir encore donner de nouvelles impulsions positives à la revue OBERFLÄCHEN POLYSURFACES. C’est à vous, chers lecteurs et annonceurs, de décider si j’y suis parvenu. Vos commentaires sont vivement souhaités, ainsi que des suggestions éventuelles pour des nouveaux thèmes. Je suis responsable de la rédaction de notre revue depuis 15 ans et j’ai pu constater qu’il n’était pas très difficile de trouver des auteurs pour des articles en allemand. Par contre, bien que la Suisse romande soit riche en entreprises innovantes dans tous les domaines traités par OBERFLÄCHEN POLYSURFACES, il demeure extrêmement problématique de les motiver pour écrire des contributions professionnelles.

Aldo Tormen: Rédacteur en chef dès 2005 Couverture dès 2008
 
 
POLYMEDIA MEICHTRY SA devient POLYMEDIA SA
Au printemps, Marcel Meichtry a décidé de prendre une retraite bien méritée et a vendu sa maison d’édition à Cedric Favre. À partir de là, POLYMEDIA MEICHTRY SA a changé de raison sociale pour devenir, à partir d’avril 2019, POLYMEDIA SA. La société publie non seulement la revue OBERFLÄCHEN POLYSURFACES, mais aussi La Revue POLYTECHNIQUE, Sécurité Environnement et la Revue internationale de Criminologie et de Police technique et scientifique. Avec sa nouvelle direction et son nouveau nom, ­POLYMEDIA SA continuera de fournir une information technique et scientifique diversifiée, une ouverture sur les nouvelles technologies et sur la vie des entreprises, ainsi que des échos sur les avancées de la recherche au niveau mondial.
 
Marcel Meichtry (à droite) remet la maison d’édition à Cedric Favre (à gauche)
 
 
Une revue technique qui s’adresse à un public de professionnels est un moyen de communication et une plate-forme d’échanges. Ce n’est pas la revue qui invente ou crée des innovations. Elle n’est que le moyen de communication entre les ingénieurs et les practiciens. Sous cet angle, la revue spécialisé OBERFLÄCHEN POLYSURFACES est une nécessité absolue pour la branche.
 
Aldo Tormen
Rédacteur en chef


28 Janvier 2020  |  Rétrospective

60 Jahre OBERFLÄCHEN POLYSURFACES

Les grandes mutations technologiques, économiques et écologiques des six dernières décennies ont laissé des traces marquantes dans la revue OBERFLÄCHEN POLYSURFACES : elle a changé plusieurs fois de nom, on y trouve de nouveaux éditeurs et une relève chez les rédacteurs. Mais les objectifs initiaux ont peu changé.
POLYMEDIA SA | Av. de Riond-Bosson 12 | CH-1110 Morges | T: +41 (0)21 802 24 42 | F: +41 (0)21 802 24 45 | info@polymedia.ch