29 Mars 2019
Publié dans Revue Internationale de CRIMINOLOGIE et de POLICE Technique et Scientifique 01/2019

Différence de genre et violences conjugales. A contrepied du paradigme féministe, une analyse de la criminalisation des femmes

par Charlotte Vanneste

Résumé
Les violences conjugales occupent une place toute particulière parmi l’ensemble des contentieux soumis à la justice, ceci tant au niveau de l’histoire de leur prise en compte en tant que problème qu’au niveau du facteur particulier, la mobilisation féministe, qui a présidé à cette émergence. Le champ des violences conjugales apparaît fondamentalement structuré par la différence de genre, et la grille de lecture féministe l’a profondément marqué de son empreinte.
Soulignant tout d’abord les arguments fondant la légitimité scientifique de l’approche féministe, cet article s’intéresse ensuite à ses dérives potentielles et en particulier à celle qui contribue à instaurer une profonde sexuation des violences conjugales où triomphent la victimisation du féminin et la pénalisation du masculin.
Prenant le contrepied de la lecture féministe, la criminalisation des femmes est analysée sur base de données statistiques relatives à l’ensemble des prévenus signalés à la justice belge durant l’année 2010 pour faits de violence conjugale. L’existence d’un traitement judiciaire inégal en fonction du genre est mise en évidence qui vient compléter et complexifier l’identification des possibles dérives du paradigme féministe. Le constat est fortement modulé par l’existence d’une situation de violence réciproque.

Summary
Intimate partner violence (IPV) is unique among the types of criminal cases referred to the criminal justice system, both in the history of how it came to be recognised as a problem, and in the special role of mobilisation by feminists who steered this evolution and emergence. IPV seems to be fundamentally structured by gender differences and deeply stamped by a feminist interpretation.
This article first highlights the arguments lending scientific legitimacy to the feminist approach. It then discusses its potential wayward tendencies, especially those that accentuate the gender aspect in intimate partner violence, marked by the victimisation of women and penalisation of men.
In a counterpoint to the feminist interpretation, the article then analyses the criminalisation of women on the basis of statistical data on people suspected of IPV and referred to Belgian prosecutors in 2010. The data indicate that legal treatment is unequal depending on gender. This finding completes and also complicates the identification of possible wayward tendencies in the feminist paradigm. The resulting observation is highly modulated by a situation of reciprocal violence.


24 Juin 2019

Adéquation du matériel de référence dans l’expertise des écritures : Quelles sont les différences entre l’écriture à la peinture en spray et l’écriture au stylo d’une même personne ?

Dans un cas d’expertise d’écritures d’inscriptions murales à la peinture en spray, il se peut que le matériel de référence du suspect ne se présente que sous la forme d’écrits conventionnels, rédigés au moyen d’un stylo sur du papier. Cette étude vise donc à déterminer s’il est adéquat d’utiliser ce type de références pour réaliser l’expertise d’inscriptions murales. Pour cela, les caractéristiques de l’écriture de personnes qui écrivent verticalement au moyen de peinture en spray ont été comparées aux caractéristiques de leur écriture conventionnelle sur une surface horizontale au moyen d’un stylo à bille. Des inscriptions murales produites par 27 volontaires ont été analysées et comparées, respectivement, à leurs écrits produits au moyen d’un stylo. Des variations ont été observées dans l’espacement entre les lettres et entre les mots, l’inclinaison, la forme et le mode de formation des lettres, les liaisons, ainsi que pour les proportions mesurées sur les lettres «h», «p» et «y». Sur la base des résultats obtenus, les auteurs recommandent fortement d’utiliser du matériel de référence produit dans des conditions similaires afin de réaliser l’expertise.
24 Juin 2019

La discrimination des traces de sang sur une scène d’investigation : un soutien pour la sélection de traces pertinentes

Cet article est une revue de la littérature traitant des méthodes permettant de différencier des traces de sang, et en particulier en fonction de leur source (entre différentes espèces animales, entre sang périphérique et sang menstruel, entre différents individus humains). Cette problématique est de première importance pour les enquêteurs intervenant sur scène, car il leur est souvent nécessaire de sélectionner les traces qui seront prélevées pour analyse. Parmi les techniques couvertes, il est possible de citer la photographie, la morpho-analyse, l’utilisation des chiens policiers, l’imagerie hyperspectrale, la spectroscopie Raman, la chromatographie couplée à la spectrométrie de masse, l’immunodétection et la biologie moléculaire. Chaque méthode est brièvement décrite afin d’offrir aux lecteurs un aperçu du fonctionnement et du type de résultat obtenu. Une discussion critique permet de mettre en évidence les avantages et limites de chacune. Enfin, un projet de recherche actuellement en cours dans l’institution sur cette thématique est présenté.
POLYMEDIA SA | Chemin de la Caroline 26 | 1213 Petit-Lancy | Genève | T: +41 22 879 88 20 | F: +41 22 879 88 25 | info@polymedia.ch