25 Novembre 2019  |  Sécurité
Publié dans La Revue POLYTECHNIQUE 09/2019

En Australie, les drones préviennent les attaques de crocodiles

Des drones capables de repérer avec une grande précision des crocodiles ont été testés avec succès ces dernières semaines dans l’État du Queensland, en Australie. Conçus par le groupe Ripper et l’Université de technologie de Sydney, ces appareils ont pour mission de rassurer les baigneurs et, en cas de danger, de les alerter sans délai pour leur éviter de finir entre les mâchoires de ces grands prédateurs pouvant mesurer jusqu’à sept mètres.

Premier Australien dans l’espace et co-fondateur du groupe Ripper, Paul Scully-Powera raconté à la presse de son pays comment il avait été mis au défi par les autorités du Queensland, de trouver une solution au risque que représentent les crocodiles pour les nageurs. Le gouvernement de l’État lui a adressé un message libellé en ces termes: «Hé, nous avons un défi pour vous. Pouvez-vous nous trouver des crocodiles ? Les crocodiles aiment les eaux sombres et boueuses.»
 
Les drones de Ripper peuvent larguer un canot pneumatique pouvant recevoir 4 personnes. (© The Ripper Group)
 
 
Des attaques ponctuelles et très médiatisées
En Australie, les attaques de crocodiles restent exceptionnelles, mais elles défrayent ponctuellement la chronique, font les grands titres et secouent l’opinion publique. Officiellement, depuis que l’espèce est protégée, en 1971, les crocodiles ont causé la mort de 21 personnes dans le Territoire du Nord, dont quatre en 2014. Dans l’État du Queensland, huit attaques mortelles ont été recensées depuis 1985. En moyenne, les 100’000 crocodiles dénombrés dans le pays tuent moins de deux personnes par an.
 
Des drones équipés pour l’alerte et le sauvetage
Pour relever le défi du Queensland, les ingénieurs de Ripper ne sont pas partis de zéro. Ils ont optimisé les performances d’un modèle mis au point antérieurement pour repérer les requins près des plages australiennes les plus fréquentées. Les nouveaux drones sont désormais capables de distinguer seize différentes espèces d’animaux marins avec une précision de 93 %. Le nouveau modèle équipé d’une sirène d’alarme et de haut-parleurs, peut projeter un radeau gonflable pouvant accueillir quatre personnes. Autre Innovation: grâce au cloud AWS (Amazon Web Service), la latence du flux vidéo des drones a été réduite de 10 à 1 seconde, permettant ainsi de visionner sur un smartphone les images prises par l’appareil, pratiquement en direct.
 
Depuis 1971, les attaques de crocodiles ont fait 21 morts et de nombreux blessés en Australie. (© Cairns Post)
 
 
Plus loin, plus longtemps
Ripper indique que 51 de ses drones ont déjà été utilisés cette année pour surveiller le littoral australien et repérer les nageurs en détresse. L’entreprise envisage à l’avenir de déployer des engins à plus longue portée pour inspecter les nombreuses plages non surveillées du pays. Selon Ben Trollope, directeur des opérations du groupe, des vols de 150 km ont déjà été effectués avec succès et l’amélioration de la technologie des batteries va très vite autoriser des vols encore plus longs. De nouveaux essais doivent avoir lieu ces prochains mois entre Sydney et Newcastle.
Des pays tels que les États-Unis, la Chine, le Japon, l’Inde, la Corée du Sud et la Malaisie ont manifesté leur intérêt pour ces drones australiens, non seulement pour observer leur littoral, mais aussi pour surveiller leurs frontières maritimes et terrestres.
 

The Ripper Group
www.therippergroup.com


18 Mars 2019  |  Sécurité

Les risques d’attaques informatiques visant les systèmes hydrauliques et énergétiques

Le spécialiste de sécurité informatique Trend Micro publie une étude révélant que des interfaces homme-machine appartenant à des milliers de fournisseurs d’eau et d’énergie dans le monde sont susceptibles d’être attaquées, ce qui pourrait avoir de graves répercussions, telles que la contamination de l’eau distribuée à la population.
22 Mars 2019  |  Sécurité

Sacrifier les premiers étages peut sauver des vies

Tsunamis, tempêtes, ruptures de barrage… Bien que rares, la survenue de telles catastrophes reste dramatique pour un pays. Une thèse de l’EPFL a démontré que des mesures de construction adaptées pourraient en réduire considérablement la force destructrice.
POLYMEDIA SA | Av. de Riond-Bosson 12 | CH-1110 Morges | T: +41 (0)21 802 24 42 | F: +41 (0)21 802 24 45 | info@polymedia.ch