29 Avril 2020  |  Économie
Publié dans La Revue POLYTECHNIQUE 02/2020

Les attentes à l’exportation repartent à la hausse

Les attentes à l’exportation des PME suisses se sont améliorées en début d’année. Selon la dernière enquête de Switzerland Global Enterprise, 53 % des PME interrogées tablent sur une hausse de leurs exportations au premier semestre 2020. Les attentes sont encore meilleures sur l’ensemble de l’année. Le baromètre des exportations de Credit Suisse s’est stabilisé.

La tendance à la baisse de l’année dernière semble avoir été enrayée. L’enquête de Switzerland Global Enterprise (S-GE) sur les attentes à l’exportation, ainsi que le baromètre des exportations de Credit Suisse confirment cette évolution. Plus de la moitié des PME interrogées – 53 % contre 47 % au quatrième trimestre 2019 – tablent sur une hausse de leurs exportations au premier semestre 2020. Trente-deux pour cent (30 % au quatrième trimestre 2019 :) prévoient une stagnation de leurs ventes à l’étranger.

La tendance à la baisse de l’année dernière semble avoir été enrayée. L’enquête de S-GE sur les attentes export et le baromètre des exportations de Credit Suisse confirment cette évolution.
 
 
Léger redressement du baromètre des exportations
Si les attentes à l’exportation des PME ont nettement augmenté au début de l’année dernière, le baromètre des exportations est resté en zone faiblement négative, avant toutefois de se redresser légèrement vers la fin de l’année. Avec - 0,02 point, il s’est stabilisé au seuil de croissance, même s’il reste bien en dessous de la moyenne à long terme de 1,0 point. La baisse amorcée depuis le début de l’année 2019 s’est donc temporairement freinée.
Andreas Gerber, responsable Affaires PME Suisse au Credit Suisse, déclare : « Le baromètre des exportations suggère que les exportations de biens suisses resteront à peu près à leur niveau actuel au cours des six prochains mois. La faible reprise amorcée du secteur industriel en Europe et aux États-Unis devrait contribuer à la stabilisation des exportations des PME. Seule la demande toujours inférieure à la moyenne – surtout en Allemagne, principal partenaire commercial de la Suisse – a empêché une reprise plus forte. »
Alberto Silini, responsable du conseil chez S-GE affirme : « Le ralentissement de la croissance économique mondiale, la fermeté du franc, la pression concurrentielle et les différends commerciaux resteront des défis pour les PME suisses actives au plan international en 2020. Nous leur conseillons cependant de considérer la volatilité comme une chance. Celles qui parviennent à s’imposer sur leur marché de niche, comme des leaders de l’innovation et de la qualité, ont un avantage compétitif sur leurs concurrents internationaux. La confiance accrue dans les exportations montre que de nombreuses PME suisses l’ont compris et sont bien positionnées. »
 
Le baromètre des exportations de Credit Suisse : méthodologie
Le baromètre des exportations de Credit Suisse explore le rapport entre les exportations suisses et la demande des marchés étrangers. Le baromètre se compose d’importants indicateurs avancés dans vingt-huit débouchés de la Suisse. Ces indicateurs donnent généralement des prévisions à un ou deux trimestres. Les valeurs sont ensuite pondérées avec la part exportation de chaque pays. Le baromètre des exportations condense ces informations en un indicateur unique. Puisqu’il s’agit de données standardisées, le baromètre indique des moyennes standardisées. Le seuil de croissance est égal à 0. La croissance moyenne à long terme (presque 5 %) correspond à 1.
 
Attentes à l’exportation des PME de S-GE : méthodologie
Les attentes à l’exportation des PME sont tirées de sondages semestriels réalisés auprès d’un panel de deux cents PME suisses représentant les branches pharma/chimie, construction mécanique, biens de consommation, métallurgie, papier, électrotechnique, industrie de précision, informatique et télécommunications, alimentation et services. Il suffit aux PME d’indiquer si elles tablent, pour le semestre en cours et le semestre à venir, sur une hausse, une stagnation ou une baisse de leurs exportations.
Pour donner son caractère prospectif à l’indicateur, les exportations attendues pour le semestre à venir sont pondérées à 60 %, tandis que les exportations du semestre en cours pèsent 40 %. Les attentes à l’exportation des PME donnent des valeurs comprises entre 0 et 100 ; les valeurs comprises entre 0 et 50 indiquent un recul attendu des exportations, les valeurs entre 50 et 100 une prévision de croissance des exportations.
Les entreprises doivent livrer des informations complémentaires comme les raisons du changement de volume à l’exportation, les marchés où elles exportent, etc. Ces données permettent d’obtenir un tableau représentatif des activités exportatrices des PME suisses.
Les perspectives à l’exportation des PME au second semestre 2020 seront publiées le 25 juin.
 
Clause de non-responsabilité
Ce document a été établi par le Credit Suisse et Switzerland Global Enterprise. Les opinions exprimées sont celles du Credit Suisse et de Switzerland Global Enterprise au moment de la rédaction et peuvent être modifiées à tout moment. Ce document est fourni exclusivement à titre d’information et à l’usage du destinataire. Il ne constitue ni une offre, ni une incitation de la part ou pour le compte de Credit Suisse à acquérir ou à vendre des titres. Toute référence à une performance passée ne constitue en aucun cas une référence pour l’avenir. Les informations et analyses proposées proviennent de sources considérées comme fiables. Toutefois, Credit Suisse et Switzerland Global Enterprise ne garantissent ni leur fiabilité ni leur exhaustivité et ne peuvent être tenus pour responsables des pertes que pourraient occasionner l’utilisation de ces informations.
Copyright © 2020 Credit Suisse AG et Switzerland Global Enterprise. Tous droits réservés.

Switzerland Global Enterprise
Switzerland Global Enterprise (S-GE) a pour mission d’accompagner les entreprises sur de nouveaux marchés. Son rôle est de promouvoir les exportations et les investissements sur mandat de la Confédération (Secrétariat d’État à l’économie SECO), d’aider ses clients à explorer de nouveaux débouchés au plan international et, ce faisant, de renforcer la place économique suisse. Promotrice d’un réseau mondial d’experts et partenaire de confiance des entreprises, des cantons et du gouvernement suisse, S-GE est le service d’information suisse de référence pour toute question d’internationalisation.
www.s-ge.com/fr
 

Credit Suisse
Credit Suisse est un prestataire de services financiers leader sur le plan international. Sa stratégie s’appuie sur ses principaux points forts : son positionnement parmi les grands établissements de gestion de fortune, ses solides compétences en placement bancaire et sa forte présence sur le marché suisse. L’entreprise poursuit une approche équilibrée dans la gestion de fortune, son objectif étant de tirer profit tant de la base d’actifs importante dans les marchés matures, que de l’accroissement du capital considérable dans la région Asie-Pacifique ainsi que dans d’autres marchés émergents, tout en continuant à servir les marchés développés les plus importants et en particulier la Suisse. Credit Suisse emploie quelque 47’440 collaborateurs.
www.credit-suisse.com
 
 
Switzerland Global Enterprise
Flavio Reinarz
Tel. 044 365 55 11
freinarz@s-ge.com
 
Credit Suisse AG
Tiziana Hunziker, économiste
Tél. 044 333 03 74
tiziana.hunziker@credit-suisse.com


12 Mai 2019  |  Économie

Forte croissance des demandes de brevets de la Suisse

Les demandes de brevets helvétiques auprès de l’Office européen des brevets (OEB) ont bondi de 7,8 % en 2018. Aucun autre pays que la Suisse n’observe autant de demandes de brevets par habitant. Les techniques de mesure et les dispositifs médicaux sont les secteurs les plus innovants. Trois universités figurent parmi les déposants suisses les plus actifs auprès de l’OEB. Le canton de Vaud est à nouveau le plus dynamique en matière de brevets.
22 Mai 2020  |  Économie

Les investissements restent les moteurs de la réussite

De nombreux arguments incitent actuellement les entreprises à faire preuve de retenue en matière d’investissement. Elles ne devraient toutefois pas trop s’y fier. En effet, la nouvelle étude publiée par Accenture Suisse, Switzerland’s Top500 – une nouvelle formule magique !, montre que les entreprises suisses les plus prospères sont aussi celles qui investissent le plus.
POLYMEDIA SA | Av. de Riond-Bosson 12 | CH-1110 Morges | T: +41 (0)21 802 24 42 | F: +41 (0)21 802 24 45 | info@polymedia.ch