22 Novembre 2019  |  Éditorial
Publié dans La Revue POLYTECHNIQUE 11/2019

Éditorial (11/2019)

L’idée géniale d’un chimiste russe
Cela fait 150 ans déjà qu’un chercheur russe eut l’intuition géniale de classer les éléments chimiques selon un modèle permettant de prévoir les propriétés de ceux dont on ignorait encore l’existence. Dmitri Ivanovitch Mendeleïev est ainsi entré dans l’Histoire. Bien connu de toute personne s’intéressant un tant soit peu à la chimie, il donna son nom au célèbre tableau périodique des éléments, qui réunit l’ensemble des atomes constituant la matière. Le mendélévium (Md) – le neuvième transuranien à avoir été synthétisé – a été baptisé en l’honneur de l’illustre chimiste. L’Assemblée générale des Nations unies et l’UNESCOont d’ailleurs nommé l’année qui s’achève, « Année internationale du tableau périodique des éléments chimiques ».
Dmitri Mendeleïev est né le 27 janvier 1834 à Tobolsk, en Sibérie. En 1849, sa famille s’installa à Saint-Pétersbourg. Dmitri entra alors à l’université et obtint son diplômé de chimiste en 1856. À l’âge de 25 ans, il s’établit à Heidelberg, où il travailla avec des savants de renom, comme Bunsen et Kirchhoff. En 1863, il retourna en Russie pour enseigner la chimie à l’université de Saint-Pétersbourg, où il fut nommé professeur.
Le 6 mars 1869, Dmitri Mendeleïev fit une présentation à la Société russe de chimie, dans laquelle il énonça les bases du tableau qui porte son nom. Dans son exposé intitulé « La dépendance entre les propriétés des masses atomiques des éléments », il mit en évidence la périodicité des propriétés chimiques des éléments,ainsi que l’importance de la masse atomique pour déterminer celles-ci. Il prédit que de nombreux éléments seront encore découverts, dont certaines caractéristiques peuvent être prévues à partir de cette nouvelle classification.
Depuis sa création en 1869, le tableau périodique des éléments a connu de nombreux réajustements avant d’aboutir à la forme que nous lui connaissons aujourd’hui. D’autres représentations avaient été envisagées, telles celles en spirale ou en losanges, ainsi que des modèles en trois dimensions; mais toutes ont fait long feu. Suite à la mise à jour de l’Union internationale de chimie pure et appliquée (UICPA) du 28 novembre 2016, le tableau de Mendeleïev comporte 118 éléments, allant de l’hydrogène (H) à l’oganesson (Og). Il n’en comptait que 63 lors de sa création.
L’originalité du concept de Mendeleïev fut de proposer une classification systématique des éléments prenant en compte la périodicité de leurs propriétés chimiques – à chaque saut de ligne, des propriétés identiques se répètent –, mais surtout de prédire l’existence de nouveaux atomes. Ce qui est d’autant plus remarquable que leurs constituants, le neutron, le proton et l’électron, n’ont été découverts respectivement qu’en 1932, 1913 et 1897, bien après l’idée géniale du chimiste russe. Nous présenterons dans les prochains numéros, certains des éléments dudit tableau dans le cadre d’une nouvelle rubrique.
 
par Michel Giannoni


25 Mars 2020  |  Éditorial

Éditorial (3/2020)

Rien d’étonnant à cela, pourrait-on dire, puisqu’il figure comme premier élément de la colonne IA du tableau périodique, celle des métaux alcalins. Et pourtant, en raison de ses propriétés chimiques, notamment de son aptitude à former des liaisons covalentes, l’hydrogène a toujours été considéré comme un non-métal. Bien que son existence ait été prédite en 1935 par le...
27 Avril 2020  |  Éditorial

Éditorial (4/2020)

En quelques semaines, le monde a basculé. Fermeture d’enseignes comme les restaurants, les petits commerces, les écoles, report de salons ou de foires internationales, confinement et télétravail, bref, il a fallu revoir totalement le mode de fonctionnement de notre société. Tout le tissu social que l’on connaissait a provisoirement disparu. Est-ce un mal nécessaire ? Une...
POLYMEDIA SA | Av. de Riond-Bosson 12 | CH-1110 Morges | T: +41 (0)21 802 24 42 | F: +41 (0)21 802 24 45 | info@polymedia.ch