24 Janvier 2020  |  Rétrospective
Publié dans La Revue POLYTECHNIQUE 01/2020

Rétrospective (1/2020) - La Revue en 1900

Télégraphie sans fil
Chaque jour apporte quelque perfectionnement à ce problème si complexe et intéressant de la télégraphie sans fil; des distances toujours plus considérables sont franchies par les messages transmis au moyen des ondes électriques.
Le 20 septembre dernier, des télégrammes étaient échangés entre Wimereux et Chelmford, sur une distance d'environ 140 kilomètres à vol d'oiseau; tel était à ce moment le record. Cette distance, déjà très remarquable, n'a pas grande chance d'être notablement augmentée avec les appareils dont nous disposons, à cause de la difficulté d'élever les conducteurs verticaux au-dessus de 200 mètres environ, même en faisant usage de cerfs-volants ou de petits ballons captifs.
Pour s'affranchir de la relation - inhérente au système et si fâcheusement restrictive - entre la hauteur des fils verticaux et la distance franchie par les ondes hertziennes, M. Guarini-Foresio a imaginé un appareil qui, placé entre deux stations à desservir, reçoit les radiations affaiblies du poste transmetteur et répète instantanément celles-ci, renforcées au poste suivant.
Depuis, grâce à un de ces répétiteurs Guarini, la distance de 140 kilomètres que nous avons vu détenir le record, a été portée à 180 kilomètres.
 
80 kilomètres à l'heure !
Nous avons actuellement plusieurs tramways à courant triphasés, parmi lesquels le premier chemin de fer électrique à voie normale Berthoud-Thoune. Mais ces différentes lignes ne sont parcourues qu'à une vitesse relativement faible, provenant surtout de la configuration des lignes, qui, par leurs déclivités ou leurs courbes, ne permettent qu'une allure modérée. Or, on installe actuellement dans l'Etat d'Ohio (Etats- Unis), un tramway électrique triphasé, à grande vitesse et à long parcours, que l'on compte ouvrir incessamment au trafic.
Le courant sera fourni par une usine installée à Fremont, à égale distance des stations extrêmes; il sera transmis à haute tension, à six sous-stations, où son voltage sera abaissé et où il sera transformé en courant continu pour l'alimentation des fils de trolleys.
La station de Fremont est située au bord de la rivière de Sandsky. La vapeur sera fournie par des chaudières verticales Babcock et Wilcox, à foyer mécanique Roney, de 300 chevaux nominaux chacune et timbrées à 10 kg 85, qui alimenteront quatre machines compound verticales Westinghouse, de 1000 chevaux accouplées chacune directement à une génératrice triphasée Westinghouse de 500 kilowatts. Le courant d'excitation sera fourni par deux dynamos Westinghouse à courant continu de 30 kilowatts à 125 volts, actionnés directement par deux machines à vapeur Westinghouse.
 
Renseignements industriels et commerciaux


27 Avril 2020  |  Rétrospective

Rétrospective (4/2020) - La Revue en 1930

Est-ce que les lignes électriques attirent la foudre? Cette question a fait l’objet de nombreuses controverses dont les arguments reposaient plus souvent sur des hypothèses et des rapports incontrôlables que sur des faits dûment constatés. Il faut dire, à la décharge des témoins suspects d’illusions, que les coups de foudre se produisent avec une telle soudaineté et un aspect...
25 Mars 2020  |  Rétrospective

Rétrospective (3/2020) - La Reuve en 1920

Actuellement un grand nombre de nos entreprises électriques ont ordonné des mesures restrictives dans la consommation d’énergie électrique et, tout en suivant le régime des eaux dans le courant de l’hiver, ces mesures seront encore renforcées ou devront être appliquées à d’autres entreprises. C’est pourquoi il est d’intérêt public d’orienter les consommateurs...
POLYMEDIA SA | Av. de Riond-Bosson 12 | CH-1110 Morges | T: +41 (0)21 802 24 42 | F: +41 (0)21 802 24 45 | info@polymedia.ch