Des abonnements
pour l'enrichissement
29 juin 2020 | La Revue POLYTECHNIQUE 06/2020 | Rétrospective

Rétrospective (6-7/2020) – La Revue en 1950

De l’influence des couleurs des peintures des parois murales des salles de classes
En Colombie britannique, des experts du Service de l’Education nationale ont procédé à un certain nombre d’essais sur l’influence des couleurs sur les enfants des écoles. Ils sont arrivés, après plusieurs séries d’inspections, à la conclusion que le marron foncé, dont les murs des classes sont fréquemment recouverts, a tendance à ralentir l’activité cérébrale des élèves. Il est apparu, par ailleurs, que des peintures bleues donnent aux salles de classes un aspect trop froid, d’où il résulte que les petits enfants se sentiraient en quelque sorte abandonnés.
Au contraire, il semble qu’avec des salles de classes peintes en jaune ou en vert pâle, les études soient remarquablement encouragées. Les mêmes experts ont mentionné également, avec une certaine stupéfaction, que les élèves ont beaucoup moins tendance à souiller les murs de marques aux crayons, lorsque ceux-ci sont peints en jaune: cette constatation a été établie sur de très nombreux cas.

Nous verrons à la foire de Bâle :
Brown Boveri (B.B.C.) expose cette fois spécialement le domaine des disjoncteurs pneumatiques ultra-rapides et de la protection des réseaux et de distance. A part un pouvoir de coupure élevé, on demande aujourd’hui un fort pouvoir isolant, de courts temps de déclenchement en évitant les surtensions, une grande sécurité de service pour un faible entretien ainsi qu’un encombrement réduit. Ces conditions sont remplies par le disjoncteur pneumatique ultra-rapide, type DCF pour montage à l’extérieur, pour toutes les tensions jusqu’à 400 kV et des pouvoirs de coupure jusqu’à 8000 MVA. Un pôle de disjoncteur pour 150 kV et un courant nominal de 800 A figure dans le stand. Un groupe tripolaire de disjoncteur de cette nouvelle exécution pour 220’000 V, fut installé dernièrement et essayé à fond, près de Paris. Ce disjoncteur permet de résoudre les problèmes de couplages les plus difficiles.

Le fil le plus fin du monde
Est-ce l’influence des études sur l’énergie atomique qui se fait sentir? Bien que les dimensions des corpuscules qui la constituent n’aient aucun rapport avec celles des éléments pouvant être créés par l’homme, il semble que les ingénieurs cherchent à s’inspirer toujours davantage de la science nucléaire et la technique de l’infiniment petit se développe de jour en jour.
C’est ainsi que l’on est parvenu récemment à fabriquer un fil en alliage chromenickel d’un diamètre de 7 millièmes de millimètre. On ne peut en éviter la rupture en cours de fabrication que grâce à de multiples passes, et les machines de haute précision qui servent à l’étirer comportent un nombre impressionnant de filières en diamant. Ce fil tendu de Genève à Paris ne pèserait que 130 grammes !